Vrai ou faux ?


On décéle le faux par l'étude de ce qui est authentique.

La copie
La copie d'un tableau doit respecter la paternité et l'intégrité de l'oeuvre. Pour éviter toute confusion, elle doit être exécutée dans des dimensions différentes de l'original et portée au dos l'inscription ou le cachet indélébile : copie de..., exécuté par... et la date de l'exécution, suivant la réglementation en vigueur pour les copistes dans les Musées. La copie de la signature est strictement défendue.

La copie-étude, non signée, exécutée par de nombreux peintres en hommage à un Maître est parfois utilisée par des faussaires qui rajoutent la signature.

La copie ancienne ou la réplique n'est pas considérée comme un faux car le Maître permettait à ses éléves de copier ses oeuvres.

La reproduction, le chromo
Suivant des procédés mécaniques, sur toile ou sur papier, peuvent parfois prêter à confusion, surtout quand un faussaire a repris certains éléments du tableau réhaussés à la main à la main selon des techniques de restauration : repeints, rentoilage, marouflage, etc...

Le faux ou la contrefaçon
"Est une atteinte frauduleuse portée intentionnellement aux droits exclusifs de l'auteur par la reproduction de son oeuvre, faite sans autorisation et au mépris des droits".
L'expert doit savoir déceler la tricherie, le procédé, les trucs, la copie servile ou le pastiche, le travail d'après photos ou ordinateur. Les faux les plus courants sont les oeuvres sur papier : dessins, aquarelles, gouaches.
La copie conforme impose souvent au faussaire une certaine rigidité, une trop grande application et le désir de trop bien faire. Une copie d'une fidélité absolue à l'original est très difficile à réaliser.
L'expert doit s'informer des nouveaux procédés de reproduction pour déjouer les secrets de fabrication des faussaires. La moindre imperfection devient douteuse.
Il est plus facile de faire un faux certificat d'authenticité qu'un faux tableau. Un faussaire peut ainsi présenter un faux certificat, une fausse provenance, une fausse dédicace, avec un tableau attribué à... avec ou sans la signature de l'artiste.
Les faux les plus difficiles à déceler sont les pastiches. Le faussaire invente des compositions en empruntant le style de peintres célèbres et crée un nouveau tableau à la manière de... avec une signature apocryphe. Il existe des faux de grande qualité, très difficiles à déceler qui ont réussi à entrer dans de grandes collections ou dans des Musées.
"Le meilleur expert est celui qui se trompe le moins, le meilleur faussaire est celui qui n'est pas encore démasqué..."



>> Rubrique : Conseils aux Collectionneurs



"Jeune fille lisant", détail
Copie non signée d'après
le tableau de Renoir





Dessin à la manière de...
Non attribué à Seurat